Elaborer un tableau de financement

Maj le 15/02/2022 par l'équipe de Manager GO!

Le tableau de financement peut paraître complexe et moins lisible que les bilans et les comptes de résultat. Pour autant, son approche dynamique suscite un fort intérêt de la part des professionnels de la comptabilité et des financeurs. Il ne peut donc être ignoré par les chefs d’entreprise.

Définition du tableau de financement

Le tableau de financement (TF) est une photographie des emplois et des ressources qui explique les variations de patrimoine au cours de l'exercice.  C'est un document de l’annexe présenté annuellement avec les comptes de l’entreprise. L’article 842-3 du plan comptable général donne un modèle de document qui s’applique aux entreprises assujetties au système développé. Cet état s’intéresse à la variation des emplois et des ressources qui explique la variation de la trésorerie d’un exercice donné.

Il se présente sous la forme d’un document de synthèse qui met en évidence les éléments qui ont contribué à la variation du patrimoine entre deux exercices. Cela présente l’avantage de mettre en exergue la variation du fonds de roulement net global (FRNG) sur le long terme et les variations de la trésorerie (optique de court terme).

Établi à partir des bilans de l’entreprise, le tableau de financement comprend deux états :

  • Le premier d’entre eux décrit la variation du haut de bilan (ressources et emplois à long terme) et fournit les composantes du fonds de roulement net global (FRNG).
  • Le deuxième tableau concerne la variation du bas de bilan , c’est-à-dire les modalités du financement du cycle d’exploitation de l’entité concernée et son besoin en fonds de roulement.

Différence avec  le plan de financement

Ce dernier à une vocation prévisionnelle.  C'est-à-dire  établir comment un bien ou une entreprise vont être financés prévoir quels seront les emplois et ressources futurs .

La même dynamique s'applique pour ces simulations prévisionnelles.

L'objectif est de déterminer quels seront les moyens de financement à mobiliser en fonction des emplois prévus au fil du temps.

A quoi servent ces tableaux ?

D’un point de vue pratique, l’examen de l’évolution de la structure financière de l’entreprise peut être plus intéressant que celui du bilan.

En effet, les données du bilan sont fournies à la date de la fin de l’exercice. Elles ne disent rien sur l’évolution des différents postes : quels sont les investissements qui ont été réalisés dans l’année ? Quels sont les financements qui ont été mobilisés ?

Il en est de même de la comparaison de plusieurs bilans successifs. Cette dernière peut certes mettre en évidence des tendances qui peuvent représenter un risque pour l’entreprise. Pour autant, l’information fournie reste partielle. Par exemple, 1000 € d’immobilisations au 31/12/N-1 et 2000 € en N ne signifie pas forcément que la société a acquis une immobilisation de 1000 €. Elle peut, par exemple, avoir cédé une machine d’une valeur de 1000 € pour en acheter une à 2000 € au cours du même exercice.

Élaboré à partir de la variation du besoin en fonds de roulement (BFR), le tableau de financement est un élément d’appréciation de la qualité de la gestion de l’entreprise. Établi à partir des éléments de long terme (haut de bilan) et de court terme (bas de bilan), il donne des indications sur l’évolution ou les variations de la trésorerie sur un exercice donné et permet de se projeter pour anticiper les besoins ou la soutenabilité d’un projet d’investissement.

Cela explique que le tableau de financement est un état qui intéresse particulièrement les investisseurs. Il s’agit d’un véritable outil d’analyse qui permet notamment :

  • d’ identifier l’origine des ressources financières et les dépenses sur une période donnée ;
  • mettre en évidence les éventuels déséquilibres financiers ;
  • de faire des projections et de porter une appréciation sur les actions de correction à engager pour, le cas échéant, soutenir l’entreprise dans un projet.

D’une façon générale, il permet de savoir :

  • si l’entreprise est en mesure d’ autofinancer ses besoins  ;
  • s’il existe des possibilités de financement pour des projets à venir.

C’est aussi à partir du tableau de financement que l’expert-comptable dresse le plan de financement prévisionnel. Ce dernier document est toutefois d’une nature différente et ne doit pas être confondu avec le tableau de financement.

Mise en œuvre d'un tableau de financement

Le tableau de financement s’obtient à partir de retraitement de certains postes du bilan qui permettent d’obtenir les emplois et les ressources. Ces derniers mettent en exergue, le cas échéant, les raisons d’un déficit, l’équilibre financier ou la situation de la trésorerie de l’entreprise.

Concernant de la première partie du tableau de financement, il va s’agir de calculer la variation du fonds de roulement net global sur la base des données du haut de bilan.

EMPLOIS N RESSOURCES N
Distributions mises en paiement de l’exercice   Capacité d’autofinancement de l’exercice  
Acquisition d’éléments de l’actif immobilisé   Cessions ou réduction d’éléments de l’actif immobilisé  
Charges à répartir sur plusieurs exercices (a)      
Réduction des capitaux propres   Augmentation des capitaux propres  
Remboursements de dettes financières   Augmentation des dettes financières  
Total des emplois   Total des ressources  
Variation du fonds de roulement net global (ressource nette)   Variation du fonds de roulement net global (emploi net)  

Par la différence des emplois et des ressources, on obtient la variation du FRNG qui doit normalement être positive : cela signifie que les emplois stables de l’entreprise ont été financés par des ressources durables, signe d’une bonne gestion.

Que comporte la deuxième partie du TF ?

Calcul de la variation du fonds de roulement global   Exercice N  

Besoins 

1

Dégagements 

2

Solde

2-1

Variations "Exploitations"      
Variations des actifs d'exploitation    
Variations des dettes d'exploitation    
Totaux 0 0
A. Variation nette "exploitation"     0
Variations "hors exploitation" 0 0  
B. Variation nette "hors exploitation"     0
Besoins de l'exercice en fonds de roulement      
Ou dégagement net de fonds de roulement      
Variation "Trésorerie"      
Variation des disponibilités      
Variation des concours bancaires courants et soldes créditeurs de banque      
Totaux 0 0  
C. Variations nettes "Trésorerie"     0
Variation du fonds de roulement net global

 

 
(Total A+B+C) : Emploi net (-)
ou Ressource nette (+)

Certains retraitements sont à réaliser pour obtenir les données du deuxième tableau : il s’agit en particulier de calculer la différence entre le montant de fin d’exercice et celui du début de l’exercice pour chaque poste mentionné.

Quels enseignements tirer du deuxième tableau ? En fonction de l’excédent ou du déficit constaté, les informations donneront en particulier une indication sur la politique des délais de règlement aux clients et ceux obtenus des fournisseurs.

En bref, la variation de la trésorerie de l’entreprise trouve autant ses raisons dans le haut de bilan (politique de long terme) que dans le bas de bilan (politique courante de l’entreprise).

Exemple chiffré d’un tableau de financement 

EMPLOIS N N-1 RESSOURCES N N-1
Distributions mises en paiement de l’exercice 1 000 1 400 Capacité d’autofinancement de l’exercice 40 000 30 000
Acquisition d’éléments de l’actif immobilisé 90 000 35 000 Cessions ou réduction d’éléments de l’actif immobilisé 3 000 6 000
Charges à répartir sur plusieurs exercices (a) 850        
Réduction des capitaux propres     Augmentation des capitaux propres 10 000  
Remboursements de dettes financières 18 000 12 000 Augmentation des dettes financières 30 000 20 000
Total des emplois 109 850 48 400 Total des ressources 83 000 56 000
Variation du fonds de roulement net global (ressource nette)   7 600 Variation du fonds de roulement net global (emploi net) 26 850  

Les données du tableau ci-dessus révèlent que l’entreprise a beaucoup plus investi en N qu’en N-1 (+116 %). L’autofinancement a nettement progressé en N (+44,7 %) : en N-1, il s’établissait à 29 732 (32 132- 2 400) alors qu’en N il s’élève à 43 020 (45 020-2 000).

En N-1, le fonds de roulement a marqué une progression avant de diminuer nettement en N. Quelles en sont les raisons ? Les investissements ont fortement augmenté en N mais n’ont été financés qu’à hauteur de 22 % par l’endettement et dans une proportion similaire par l’autofinancement. Nous pouvons donc en conclure que près de 50% des investissements de l’entreprise sont financés par des ressources de trésorerie non présentes sur le tableau. Cette situation peut présenter des risques quant à la solvabilité future de l’entreprise.



Pour partager cette publication :

Une réaction peut-être ?

Commentaires

Soyez le premier à donner votre feedback !